jeudi, novembre 6 2008

Disney

6 11 2008
   
Plagiat, sexe, plaintes et destins tragiques ... non, je ne vous présente pas ici le dernier épisode de Dallas, mais bien quelques secrets (pas si secrets que ça) sur Walt Disney ...





    Suivez la guide ...

Lire la suite...

dimanche, juin 1 2008

Chou-la-la

1 06 2008

    De son prénom Julien, de son pseudo Chambourcy, et de son sobriquet Chou (dont j'ai l'entière exclusivité), cet énergumène savoyard fraîchement débarqué à Paris est un réalisateur en herbe. Je lui ai promis il y a un moment déjà de publiciter ses vidéos ici, et le temps est enfin venu. Pourquoi ? Parce qu'avec toutes mes bétises qu'il supporte ces derniers temps (et aussi tout ce qu'il a supporté ces 5 ou 6 dernières années ^^), je lui dois bien ça.


    La première, un "film d'école" réalisé en 2006.





    La deuxième, et pas des moindres: une version sweded de Stargate ! Vous pouvez admirer ici son superbe jeu d'acteur, mais aussi et surtout cette "stupéfiante" (oui c'est le mot) casquette qu'il traîne partout.






    Et enfin, vous pouvez prendre le temps d'admirer ses talents d'acteur à l'époque où il avait encore les cheveux longs (en 2005 donc) et surtout quand il avait son combiiiiii <3, dans un film de trente minutes: CONLATERAL. Vous aurez deviné de quelle parodie il s'agit ^^



    Wahou ! Chou sur vos écrans, la classe non ?

    Bon sinon, ce billet n'est pas dans la rubrique 'Cinéma' pour rien. Dans un ultime instant de faiblesse, il a réussi à me convaincre d'aller retourner voir Rec. au cinéma, avec lui. Dernier point qui n'est pas sans importance, j'ai su dès le départ que ce n'était que pour mieux se moquer de moi quand il parviendrait à me faire sursauter. Je l'ai détesté pour ça ... mais pas longtemps en fait. Quand on l'a vu une première fois et qu'on n'est plus surpris par ce qui se passe, on se rend compte que ce film est vraiment une bonne grosse daube ... Les cris hystériques sont en fait encore pires que dans mes souvenirs, les acteurs sont plus que mauvais, et le scénario ne tient pas debout une seconde. Pas de sursaut finalement, juste des rires ^^

    Autre erreur cinématographique de l'année: Sex and the City. C'était d'ailleurs tellement bien qu'il est parti 40 minutes avant la fin, me laissant seule au milieu de 500 parisiennes célibataires gloussant à chaque réplique et applaudissant au générique ... Décidément, jamais je ne comprendrai ces Vogue Women (plus communément appelées 'greluches'). Un film sans aucun intérêt, des histoires d'amour à l'eau de rose sur fond de QI plat et de grandes marques de vêtements, avec un 'tout est bien qui finit bien' des plus grotesques ...





    Ce billet sur Chou s'achève. Après avoir découvert aujourd'hui un phénomène étrange chez les touristes preneurs de photos lors de notre escapade à la Défense ... demain, nous nous attaquons à Emerainville, la ville aux jolis noms de rue ! Et bientôt, escapades week-endesques entre Hendaye et l'Espagne. Bref, que d'aventures pour Chou & Puce, et surtout que de bonnes raisons de surveiller ses blogs:



Fotocommunity
Flickr




mercredi, mai 14 2008

Funny Games US

14 05 2008

       
    Malgré que je me plaigne de tous mes examens et de tout mon boulot, je trouve quand même le temps d'aller au cinéma (entre autres). Il faut dire que là, c'était pour une occasion spéciale: Chou's Birthday ! J'ai eu le privilège de choisir entre plusieurs films ... et vous devinez déjà pour lequel j'ai opté. (Oui parce que je pars du postulat que vous êtes des lecteurs intelligents et que donc vous commencez par lire le titre d'un article.)






    Pas la peine de vous résumer le film, il n'y a vraiment rien d'autre à comprendre ;)

    Ce film est en fait le parfait remake du même film (Funny Games), par le même réalisateur (Michael Haneke), mais dix ans après. Cette première version avait suscité dégout et dérangement au festival de Cannes, en 1997. Pourquoi refaire exactement le même film ? Mot du réalisateur: "Je cherche à montrer la violence telle qu'elle est vraiment : une chose difficile à avaler. Je veux montrer la réalité de la violence, la douleur, les blessures infligées par un être humain à un autre. Sortant d'une récente projection de Funny Games US, un ami critique m'a dit : "Ce film a maintenant trouvé sa vraie place." Il a raison. Lorsque dans les années 1990, j'ai commencé à songer au premier Funny Games, je visais principalement le public américain. Et je réagissais à un certain cinéma américain, à sa violence, à sa naïveté, à la façon dont il joue avec les êtres humains. Dans beaucoup de films américains, la violence est devenue un produit de consommation. Cependant, parce que c'était un film en langue étrangère et que les acteurs étaient inconnus des Américains, le film original n'a pas atteint son public. Lorsqu'en 2005, le producteur britannique Chris Coen m'a suggéré de le refaire en anglais, j'ai accepté... à condition que Naomi Watts en soit la vedette."

    Voilà, ça c'était pour la petite histoire ...

    Moi ce film je l'ai beaucoup aimé. Il a un style particulier, calme et épuré, qui rend les scènes encore plus violentes qu'elles ne le sont. Ne pas voir mais seulement entendre la violence, c'est finalement pire que voir. "Dérangeant" c'est vraiment le mot, on peut pas s'empêcher de grimacer à certaines scènes ... ou de se foutre de moi parce que je grimace -_-
    Je suis ressortie de la séance troublée, mais pas aussi crispée qu'on pourrait le croire. Julien n'a pas trop aimé le jeu de Naomi Watts, moi au contraire j'ai beaucoup aimé. Enfin je n'ai pas vu la version originale, je peux pas comparer, mais j'ai rien trouvé à redire. Pas mal pour une blonde. Sinon, amoureuse de machos que je suis, le personnage du père m'a un peu dérangée, il s'est pas assez battu à mon gout ^^

    Bref, Funny Games US est pour moi un très bon film. La musique (très peu présente, c'est ce qui donne tant de réalité aux scènes) excellente, les acteurs très bons (on saluera la performance d'un ancien de la série Dawson dans le rôle d'un tueur: Michael Pitt, extrêmement dérangeant quand il s'adresse directement à nous), et une très bonne réalisation. En définitive, pour moi Michael Haneke a bien réussi son pari de montrer la réalité de la violence. J'y réfléchirai à deux fois avant de laisser entrer chez moi une connaissance des voisins qui veut des œufs ...

dimanche, mai 4 2008

Rec.

4 05 2008


    Ceux d'entre vous qui me connaissent doivent se dire "cette nana a peur du noir, c'est impossible qu'elle ait put aller voir ce genre de film au cinéma". Eh bien ... vous avez raison ^^ Oui ! je me suis dégonflée pour le ciné, mais je l'ai quand même téléchargé sur les newsgroup de Free. A l'origine, j'ai juste vu la bande annonce et je me suis dis que pourquoi pas ... le meilleur moyen de vaincre ses peurs c'est encore de les affronter. Puis j'ai vu le teaser (à la fin de cet article), et les réactions du public, et je me suis dis que finalement j'affronterai ma peur chez moi, sur mon tout petit écran, les lumières allumées et le son pas fort :x

    J'avoue, je m'attendais à pire que ça. Quand je l'ai téléchargé il s'appelait "carnage-rec". Pour ça au moins, il porte bien son nom. Petits bémols pourtant: des personnages souvent caricaturés (à moins que ça soit espagnol d'être aussi hystérique, mais c'est vrai que je suis habituée aux films d'horreur américains qui jouent probablement les sentiments sur un autre registre), quelques séquences un peu longues et certaines scènes assez peu crédibles. Ok en même temps on regarde pas ce genre de film en se disant que ça existe forcément, mais bon ... L'action ne démarre réellement qu'à partir de la dernière demie-heure (en même temps il fait 1h10, générique compris), et j'avoue que je n'aurais peut-être pas supporté le dernier quart d'heure au cinéma.

    Enfin je fais ma maligne, là, derrière mon pc, mais le détachement que j'ai eu par rapport au film était volontaire. Si j'ai pas accroché c'est peut être parce que j'ai tout fait pour pas accrocher, et pas parce qu'il n'est pas spécialement bon. Je me suis faite des thés, ça me décrochait du film et m'évitait de stresser, et j'ai du changer plusieurs fois la gaze de mon nez qui n'arrêtait pas de saigner (au moins j'ai pas été choquée à la vue du sang dans le film ^^). Je prendrais surement moins ça à la légère si j'avais été coincée dans une grande salle sombre avec ces images en grand et le son fort. En tout cas, je vais quand même attendre un peu avant de me coucher ^^

    Bref, surement pas un classique du genre, mais il vaut assurément le coup d'œil. Si vous êtes allés le voir au ciné, ou que vous n'avez pas fait comme moi et avez fait en sorte de vous plonger dans le film ... je veux bien vos avis !




vendredi, mars 28 2008

The music is all around us. All you have to do is listen ...

28 03 2008

       Je ne résiste pas plus longtemps ... Ce billet a beau appartenir à la catégorie "cinéma", je le crée plus pour la musique du film que pour le film en lui même. Je me passionne décidément de plus en plus pour les musiques de film, alors comment ne pas craquer pour celui ci ...

    August Rush est l'histoire d'une musicienne classique et d'un chanteur/guitariste d'un petit groupe de rock. Tous les deux habités par la musique, ils se rencontrent lors d'une soirée et passent la nuit ensemble. Ils ne se reverront pas après cette nuit là, et elle découvre quelques semaines plus tard qu'elle est enceinte. Elle décide de garder l'enfant en souvenir de son père qu'elle aime toujours, malgré leur unique nuit, mais à 8 mois de grossesse elle se fait renverser par une voiture et perd son bébé ... ou du moins, c'est ce que lui dit son père ...

   

Lire la suite...